Limiter le changement d’assurance maladie à 3 ans afin de faire payer AUSSI les profiteurs.

September 28, 2011
By

Comme vous le savez, en plus de l’annonce d’augmentation des primes, nous arrivons bientôt dans la période des changements de caisse.
Bien que Couchepin fût grandement favorable au jeu de la « chaise musicale de la déresponsabilité des coûts de la santé » qu’est le changement de caisse annuel, j’y suis fortement opposé.
Non, je ne suis pas opposé au changement de caisse (même si je trouve qu’il y’en a beaucoup trop et que les sous-assurances de maison mère sont une sorte d’hypocrisie de la part de celles-ci) au contraire, mais je suis opposé à la fréquence avec laquelle on peut changer nos assurances (je précise être tout autant opposé à la caisse unique qui sera simplement l’ « inversement proportionnel » de ce qu’il y’a maintenant).

Mais quelles en sont les raisons ?

Concrètement, comment se passe les changements de caisse chaque année, pour chaque assurance ?

Vous verrez dans les offres d’emplois qu’ à partir d’octobre, les assurances « forment » et recherchent une ribambelle des personnes pour monter des armées de personnes afin de répondre au changement de caisse des clients (eux disent “patient”, je sais… Mais à partir du moment où l’on peut refuser des “patients”, “client” correspond bien mieux).

Alors bon, vous me direz que c’est chouette, ca donne au moins des emplois 🙂
Hors là, vous allez « donner » de l’emploi en augmentant les coûts de vos primes (même si certains d’entre eux sont à la limite des warning poors). OUI, ils sont payés à travers vos primes, je vous le rappelle.
Et ce, UNIQUEMENT parce que l’on peut changer de caisse maladie chaque année.
Mais… Ca fait toujours plaisirs pour les mastodontes des assurances de se pavaner d’être les caisses les plus importante (cela dit c’est facile quand on rachète fusionne avec tous les autres concurrents (ca réduit la concurance)…)
En somme, les assurances perdent 6 mois dans l’année à s’occuper de l’afflu de patient qui changent de caisse et à analyser CES changements plus qu’à se consacrer à l’analyse des coûts de la santé réels. C’est pas ce que l’on peut véritablement appeler de “l’optimisation”…

Une autre raison, c’est le seul moyen de faire payer les “PROFITEURS“.

Car les vrais “profiteurs” si j’ose dire, ce ne sont pas forcément les assistés sociaux à qui la communauté pait leurs assurances maladies mais bien à tout ceux qui quittent leur assurance et qui répercutent l’augmentation des coûts qu’ils ont engendré sur le dos des autres. En somme, les vrais profiteurs sont Monsieur et Madame tout le monde.

Voyez-vous, si dans une assurance un groupe d’individu coutent plus chers que les autres, l’année suivante cette caisse maladie augmentera la prime des cette catégorie de personne. Du coup, la caisse concernée augmentera leurs primes d’assurance (logique).
Mais seulement voilà, cette catégorie de personne ira dans une autre caisse maladie (qu’ils ont certainement fuit quelques années auparavants)  qui avait grâce à leur départ, réduit l’augmentation des coûts de ces catégories de personne par apport à la caisse où ils se trouvent actuellement.
Du coup, les “profiteurs” viennent profiter de primes basses de votre assurance pour vous les faire augmenter l’année prochaine (les vôtres, pas les leurs! puisqu’ils n’auront pas besoin de contribuer au financement de l’augmentation qu’ils ont engendré l’année prochaine, ayant quitté votre assurance…). Ils ne profitent en sommes QUE des primes basses sans assumer leur coûts à eux.

De plus, les assurances ne sont pas en mesure d’analyser parfaitement les chiffres et donc contrôler les couts. Pour la simple raison qu’il n’y a plus de point de comparaison d’une année l’autre.
La réalité, c’est qu’une assurance peut soit

Analyser les chiffres la concernant (mais qui varient énormément d’une année à l’autre. Ce qui ne permet pas, encore une fois, de véritablement comparer les augmentations des coûts).
Soit analyser les chiffres globaux en Suisse qui absorbent TOUS les clients/patient (et donc ne pas véritablement permettre de suivre le coût réel des différentes catégories de personne).

Raison pour laquelle, 3 ans permettraient aux assurances et aux clients/patients d’avoir un suivi plus approfondi de la situation et de comparer des chiffres avec la même configuration.

Ce qui est d’autant plus correcte puisque les caisses et les médecins utilisent déjà cette approche à travers les médecins de famille. Un médecin de famille qui a un suivi sur son patient pourra « mieux » (enfin… ils ne sont pas magicien non plus… et ne savent pas tout non plus) déterminer où mener le patient et donc réduire les couts. Si avoir un plus long suivi ne permettait pas d’économiser les couts, ils est fort à parier que les assurances ne les soutiendraient pas.
Et c’est AUSSI vrai que -> les entreprises qui signent des contrats collectifs pour leurs employés, paient des primes moins élevées par apport à une personne lambda.
Car la stabilité permet de mieux controler les coûts et permet aux caisses de mieux budgetiser leurs finances.

Là les patients, les médecins et les assurances auraient TOUS à y gagner.
A moins peut-être que l’on puisse créer une association “les patients Suisses” et demander de faire un assurance collective pour TOUS les suisses à une ou deux assurances ce qui memerderait toutes les autres 😉

 

Evaluez votre employeur sur http://www.rate-your-job.com!

 

2 Responses to Limiter le changement d’assurance maladie à 3 ans afin de faire payer AUSSI les profiteurs.

  1. whitey on October 21, 2011 at 5:34 pm

    Pourquoi ne pas proposer des remises aux clients ‘fideles’? Finalement ce sont eux qui coutent moins, au moins du point de vue marketing.

    • dddnews on October 24, 2011 at 7:47 am

      BOnjour Whitey,

      Merci pour votre commentaire.
      Parfaitement d’accord avec vous. Aujourd’hui ce qui manque, ce sont les remerciement de fidelité dans tous les secteurs. Les personnes éduquée “à la vieille école” ont appris à être fidele de certains commerce mais la mondialisation, l’apat du gain, pour faire des économies ont fait que certain commercant ont aussi traité leur client fidele “comme de la merde” du coup maintenant, il ont été voir ailleur et ne se sont plus attachée aux commercants.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*