Plus de démocratie direct – entre bonnes et mauvaises idées

June 5, 2012
By

Le Conseil Fédéral n’en veut pas, l’ASIN le souhaite.

Encore une fois, le Conseil fédéral se voit par l’interval d’une initiative populaire, controler ses agissements dans sa manière de mener sa politique.

Et cette fois, c’est la politique extérieur qui doit en faire les frais.

Alors biensûre il y’a une multitude d’arguments favorables ou défavorables à cette initiative. Cependant ce qui me choque le plus, c’est la non-proposition d’un contre projet du CF ou de proposer une altérnative, ni la moindre garantie que les choix pris par le CF, correspondent au possible au choix populaire. A nouveau, le CF nie l’évidence d’un problème qui date depuis de nombreuses années. Alros effectivement, les CF n’est qu’un executif mais on peut toujours exécuter de manière à ce que cela soit concordant avec le peuple. D’ailleurs on ne cessent de parler de concordance au Conseil Fédéral mais cette initiative demande aussi une concordance avec le peuple.

Alors certains, par facilité et de refus de se remettre en question, reprocheront l’UDC et leur membre des qualifications rabaissantes habituels.

Mais comme je le dis souvent, l’UDC n’est que le symptome d’une politique qui ignore les souhaits d’une partie (non-négligeable) de la population. Qui a force d’être ignorée, écartée, étiquettée (tel que les minorités l’on été jusqu’à maintenant… Comme quoi rien ne change vraiment. Les comportements, les raisonnement sont exactement de tout bord que l’on soit, seulement certains sont persuadés qu’il est justifié de rabaisser l’autre car ils se sont autoproclamés “juste et bons”…) se retrouvent à revendiquer leur droit d’être écouté, de manière toujours plus explicite.

On a entendu de nombreux arguments des deux côtés:

D’un côté
Plus de démocratie directe (ouais….)
Les Conseillés Fédéraux seront tenus d’écouter d’avantage le peuple (je vais y revenir)
Etc..

De l’autre côté
Ralentissement des négociations d’accord internationaux (ce que je comprends)
Lassement du peuple envers la démocratie (argument assez réducteur).
Etc…

Ce qui me surprend le plus dans cette votation, c’est qu’encore une fois, les médias parlent bien plus des initiants que de l’initiative elle-même. Il faut reconnaitre que les débats (si peu il y’ a) sont assez pauvre.

Et le plus dangereux pour le Conseil Fédéral, c’est qu’il ne donne aucune garantie pour convaincre les initiants ou les personnes susceptibles de voter favorablement à l’initiative. La principale argumentation du CF est de dire “Ne vous mêlez pas de nos affaires, ne nous mettez pas de bâton dans les roues et c’est très bien comme ca”.

Bref, le comportement qui a justement donné naissance à ce genre d’initiative. Les bureaucrates et autres experts en tous genres qui savent mieux que tout le monde ce qui est juste ou non, ce qui est bien pour vous ou non.
C’est avec ce genre de comportement qu’ils ont été surpris de la votations sur les résidances secondaires….

Les conseillés fédéraux auraient pu y trouver l’opportunité de rassurer plus à la population en expliquant comment ils fonctionnent, comment ils mettent en relation le choix du gouvernement, du peuple et des contraintes. Les conseillés fédéraux aurait pu au moins démontrer ou donner des garanties que le choix du peuple est quand même pris en considération. Mais il ne l’a pas fait, ne s’est pas expliqué pourquoi quand une initiative populaire passe à 51% elles doit s’appliquer tout de suite, alors que quand elle passe à 70% il leur faut des années pour esperer que la population oublie l’initiative et finalement dire “dans un Etat de droit on ne peut pas”.

(Pas de quoi rassurer la fausse/juste idée qui tente à démontrer que quand il n’y a que les Suisses qui subissent les conséquences cela peut être fait rapidement, mais quand c’est aux non suisses d’en subir les conséquences, on parle d’Etat de droit et met des années à être appliqué).

C’est surtout sur ce point que j’hesite à voter favorablement à l’initiative. Juste pour donner un signal au Conseil Fédéral que l’on comprend bien qu’ils ont des contraintes extérieurs mais ce n’est pas une raison pour que petit à petit, ils prennent les suisses en otage et que les suisses ne se retrouve en rien, de ce qu’ils ont démocratiquement voté précédemment.

Si vous avez loupé:

Les signes avant-coureurs de la fin de la démocratie et du fédéralisme suisses?
L’élection du Conseil Fédéral par le peuple: La fausse bonne idée

 

Evaluez votre employeur surhttp://www.rate-your-job.com!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*