Le prix des choses.

January 16, 2013
By

En lisant un article sur 24heures à propos de Renault qui veut supprimer 7500 postes, j’ai voulu faire un commentaire relatif au fait que ce n’est pas en vendant des voiture à 6000€ que l’on va donner du travail aux français.

Et là m’est revenu mon idée de faire un article sur le prix des choses.

Souvent, on cherche à savoir quel est le juste prix des choses. En regardant les chaînes françaises notamment M6, ont se demande d’où vient cette obsession du/ de la français(e) pour rechercher les prix le plus bas possible en ayant cette peur « de se faire entuber » par la méchante entreprise profiteuse ou le malheur de donner de l’argent à un méchant patron (ou à un citoyen… c’est selon…)

 

En fait, la réponse à la question « quel est le prix des choses » est relative simple. Il n’y a que 3 facteurs qui défini le prix des choses.

  1. Les salaires (prix du travail de toutes les personnes, les bonus, parachute doré, etc… )
  2. Les taxes et impôts (Concession, etc… tous les coûts ajoutés et contrôlés directement par un États).
  3. Les marges (qui serviront « au bon vouloir » de l’entreprise, tels qu’investissements ou autre)
    Et c’est TOUT

Certains me diront “non il y en a bien plus, notamment les charges, les services, le matériel, etc !?!
En fait non…

Car ces coûts là ne sont engendré QUE par d’autres salaires, d’autres marges et d’autres taxes ou impôts.

Explications :

Pour comprendre le principe, il faut trouver le dénominateur le plus petit (on va enlever pour l’instant les coûts des entreprises de services car celles-ci ne coûtent purement QUE des salaires, taxes/impôts et des marges).
On va prendre différents exemples pour comprendre ce principe.

Quel est le coûts d’un objet qui définit son prix ?

En fait, si l’on cherche le dénominateur le plus petit, il faut prendre les matériaux avec lequel il est fait, par exemple de l’aluminium…
On est d’accord donc qu’il faudra acheter de l’aluminium. Mais quel est véritablement sont prix ?

En fait, de retirer du bauxite de la terre, ne coûte RIEN (La Terre le vous vend pas).

Ce qui coûte, c’est uniquement le prix des salaires des employés et des dirigeants de la mine d’extraction, les taxes, impôts que l’entreprise minière doit payer et les marges qu’elle veut/peut se faire. (Bien que dans certains cas, la prix quantitative soit défini de manière spéculative mais cela ne change pas le fait que les coûts ne restent que ces trois facteurs).

Vous me demanderez : “Oui mais aussi le matériel qui sert à l’extraction !

Juste, mais qu’est-ce qui défini le prix de ce matériel ?
Exactement la même chose que l’on est en train de voir maintenant.

 

 

Pour construire les camions d’extraction (les pompes, les pelles et les pioches, etc…) il faut :

De l’acier (qui ne coûte QUE les salaires, les taxes et les marges) ,De l’alu (Idem), du bois (Idem), du pétrole pour les pneus, les tuyaux, (Liste non exhaustive )

chassisalupiochepneu

 

Le pétrole : Pour le pétrole, c’est exactement la même chose. Prendre du pétrole ne coûte RIEN en terme de valeur pure. Il coûte QUE des coûts de salaire des gens qui contribueront à tous l’écosystème industriel ainsi que le prix des taxes et des marges.

Encore une fois, le matériel acheté n’a au final QUE des coûts des salaires, les taxes et les marge.

Quand vous prenez n’importe quel objet, vous ne faites que payer ces trois choses pour chacune des entreprises faisant parti de l’écosystème qui participent à sa fabrication.

 

Par exemple pour une Voiture, finalement vous payez quoi ?

auto

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises d’extraction de la matière première (Aluminium, Métaux précieux, Pétrole)

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises de transport du minerai

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises de traitement du minerai

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises d’exportation et de logistique.

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises modifiant les métaux en composants électronique

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises d’extraction de pétrole.

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises de modification du pétrochimique.

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises d’exportation et de logistique.

Les salaires, les taxes et les marges de l’entreprise qui réuni ces matières pour fabriquer des pièces (un volant, une pédale de frein, etc…).

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises de transport.

Les salaires, les taxes et les marges de l’entreprise de la marque de la voiture qui rassembleront tout ces élément pour en faire une voiture.

(On remarquera que les fabricants de voiture ne fabriquent pas grand chose, ils « ne font » qu’assembler des pièce entre elles… Mais cela n’empêche pas que d’autres le font et qu’on le paît aussi !)

Les salaires, les taxes et les marges des entreprises de transport qui transporteront le produit fini jusqu’à votre garage/magasin.

Les salaires, les taxes et les marges de l’enseigne ou du garage ou vous achèterez votre voiture.

 

Bien sur à cela s’ajoute les entreprise de service (s’il y en a).

Les salaires, les taxes et les marges de l’entreprise de recrutement des gens pour chaque entreprise.

Les salaires, les taxes et les marges de l’entreprise de nettoyage pour chaque entreprise.

Les salaires, les taxes et les marges de l’entreprise informatique de chaque entreprises.

Les salaires, les taxes et les marges de l’entreprise de toute entreprises externes, etc..

(d’ailleurs plusieurs entreprises font peut-être appel au même prestataire).

etc…

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

On peut faire la même chose avec le coûts d’un légume…

Un légume ne « coûte RIEN en soit».

Que faut.il pour faire pousser un légume ?

Les graines (Même si une graine poussent « toute seule » il faut quand même de la main d’oeuvre donc des salaires…
L’eau (l’eau ne coute RIEN mais l’Etat y a défini un prix, donc cela à un coûts)
etc…. Je ne vais pas refaire le même shema tout en entier.

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Donc le prix d’un objet et d’un service varie bel et bien selon ces trois facteurs.

Maintenant que l’on sait ce qui coûte, on peut se poser la question de ce que nous voulons ou pouvons influencer sur ces coûts?

 

En ce qui concerne les salaires

Cela reste déjà très variable selon les pays et l’on ne pourra pas influencer facilement certaines chose.
Mais pour ce qui concerne notre pays nous pouvons nous posez la question de savoir ce que nous voulons. Seulement il y’a bien une chose qu’il faut comprendre: Les marges d’une entreprise se calculent en POURCENT, de ce fait, vous aurez de toute manière plus de chance au final d’avoir un meilleurs salaire et un meilleures pouvoir d’achat avec des salaires plus élevés.

Comprenez bien que le montant d’une marge de 5 %, n’est pas le même montant sur une valeur de 100.- (5.-) ou 150.-. (7.50).

Après on peut toujours parler des salaires abusifs, des parachutes dorés, etc…
Mais n’oubliez pas une chose. A toucher aux salaires des autres, c’est bien le votre qui risque au final de se retrouver réduit.

 

En ce qui concerne les impôts, taxes, etc…

Tout comme pour les salaires, cela varie grandement selon les pays. Mais généralement c’est le point que l’on maitrise le moins.

Cette partie indispensable pour un état (dans une certaine mesure mais cela, les suisses ont le droit de définir leur choix à travers des votations.
(Pour autant que les élus prennent en considération le choi de la majorité. Ce qui est de moins en moins le cas, il est vrai. Ceux qui savent mieux que vous ce qui est bon pour vous veillent au grain…).

Les écolos ont par exemple ces dernière années eu de grands moment d’imagination pour ajouter des coûts inexistants à ce que nous achetons. Donc quand même même, c’est rarement le “vrai” pollueur-payeur qui fini par couter réellement ses couts. Soit il repercutera ces coûts sur le prix final (donc vous), soit il bénéfiera d’aide de l’Etat pour X ou Y raison pseudo-morale, sociale, etc…

C’est ce qui fait aussi par exemple, ce qui empêche aux personnes âgées qui ont fini de rembourser leur prêt hypothécaire de profiter de l’investissement qu’ils ont fait, car ils devront quand même continuer à payer pour quelque chose qui n’apporte rien aux personnes qui y vivent. Et comme ils ont fait le choix d’investir, n’aura droit à aucune aide.

 

En ce qui concerne les marges…

C’est certainement le point le plus sensible pour les « victimes du capitalisme ».
Car ces marges permettent dans certains cas de payer les bonus (mais qui ne se plaineraient pas si c’était elles qui touchaient ces bonus là. Après c’est une question sociale qui se règle, pour la Suisse, avec la possibilité du débattre du sujet à travers une votations. . Dans d’autres cas, cela permet de régler les coûts dure, les imprévus, investir, créer de nouveaux département.

C’est un point aussi contradictoire car avec plus de marge, les entreprises seraient beaucoup moins dépendante de la bourse et des banques. Car effectivement aujourd’hui, très peu d’entreprises ont bel et bien l’argent pour fonctionner. Les entreprises (et l’État aussi) pourraient faire de sacrées économies si elles ne faisaient pas de crédits indéfiniment pour fonctionner.

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

En définitive, on a tendance à voir le prix d’un objet en regardant simplement ledit objet.
Mais pour comprendre son véritable prix, il ne faut pas le regarder en tant que tel, mais bien ce qu’il représente en emploi, en taxe et en marge.

Raison pour laquelle je dis toujours que c’est par votre manière de consommer, que vous sponsorisez (ou non) les entreprises respectueuses ou non à vos yeux. Et les entreprises qui baissent leur prix face à la concurance le font au détriment de ce qu’elle peuvent directement maitriser. à savoir VOTRE salaire, la formation (d’ailleurs aujourd’hui les entreprises qui forment leur employé sont peu nombreuses).

 

Si vous avez loupé:

Bonne nouvelle: les constructeurs auto licencient pour vendre des voitures neuves à 7’000€ que seuls les diplomés pourront se payer.

Mieux que le salaire minimum, taxer les entreprises dont les employés doivent recourir à l’aide sociale.

Free, l’exemple même des raisons de la crise (qui n’en est pas une)

Consommateur ou [travailleur, étudiant, directeur]?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*