Pour aider l’Europe, la Suisse doit stopper de participer à l’évasion des compétents européens (ou les suisses sont-ils trop incompétents pour travailler en Suisse Romande ?).

April 30, 2013
By

Effectivement, j’ai hesité entre deux titres différents pour cet article. L’un :

Pour aider l’Europe, la Suisse doit stopper de participer à l’évasion des compétents européens

Et l’autre :

Les suisses sont-ils trop incompétents pour travailler en Suisse Romande?

 

Nous le savons tous, il parait que les entreprises engagent les gens les plus qualifiés et compétents pour des postes. Ce qui, tout comme on le sait pour Genève voudrait dire que les suisses sont de vrais minables, des incompétents de première. En premier lieu  l’Etat genevois pour qui les suisses sont trop minables pour y travailler. L’Etat ayant été incapable de former ses propres citoyens, est obligé d’engager des frontaliers tellement plus compétents pour faire du travail administratif.

Seulement, même si au vu du nombre de suisses engagés dans les entreprises basées sur l’arc lémanique, les suisses qui deviennent de plus en plus incompétents fassent à l’intelligence grandissante des européens, commencent sérieusement à se rendre compte de la supercherie.

A contrario de ce que prétendent les « naïfs volontaires » (qui sont plus préoccupés à vomir sur l’UDC que de réellement comprendre leurs concitoyens), la réalité commence largement à rattraper leurs mensonges (volontaires ou idéalistes).

Trop souvent maintenant les suisses se rendent compte de l’argumentation faussée de ceux qui prétendent que les suisses et les européens sont traités de la même manière. Les managers français ne reconnaissent ni nos maturités, ni nos CFC (Personne n’a pris les devants pour expliquer le système suisses à ces « compétents », dans ce cas, comment voulez-vous qu’ils comprennent autres chose que BAC+684735). Les politiques pensent qu’il suffit d’ouvrir une entreprise en Suisse pour comprendre comment fonctionne le pays !?!

Trop souvent nous entendons maintenant les expériences de chacun ou les managers français aident d’abord leur compatriote à venir en Suisse. Trop souvent les suisses font maintenant l’expérience d’entendre les managers français ne pas engager des suisses parce qu’ils coutent trop cher (alors qu’eux se permettent un « bon salaire suisse ». Trop souvent les suisses voient les départements des ressources humaines ne garder QUE les CV d’européens pour jeter ceux des suisses. Trop souvent les suisses se rendent compte que les magasins d’habits n’engagent que des françaises alors qu’ils connaissent des vendeuses parfaitement compétentes qui pourraient convenir au poste. Trop souvent on entend des gens qualifier se faire refuser un métier pour voir au final que c’est un frontalier, engager par une entreprise sous traitante, géré par français qui a obtenu le poste (ca peut emmerder certains que cela se sache mais même si les employés ne travaillent plus ensemble, certains gardent contacte et savent ce qui s’y passe). Trop souvent et trop nombreux sont ceux qui voient qu’un département géré par un français devient un département n’engageant QUE des français (pourquoi ne font il pas ces entreprises directement en France!?!, Là est la question. La France a actuellement besoin de ces gens!).
Trop souvent les managers étrangers qui prétendent qu’il n’a pas de suisse pour ces postes ne coopèrent pas avec la vie social du pays pour travailler avec les écoles et les centre de formation du pays.

Trop Souvent on nous a dit que les suisses ne veulent pas faire “les sales métiers” alors que l’on connait tous quelqu’un qui s’est vu refuser un de ces postes!
Trop souvent on dit que le chomage suisse est bas, alors que c’est sans compter TOUS CEUX qui n’ont tout simplement Ni chômage, ni aide et que seul un seul conjoint d’un couple a du travail. (Alors quand ceux qui vomissent sur l’UDC pour ses théorie comme quoi les femme doivent rester à la maison, ces mêmes personnes font tout pour q’en pratique, cela soit le cas!).

Trop souvent on entend des gens de notre entourage avoir ces mêmes expériences.

Certains peuvent nier tant qu’ils veulent la réalité, il n’empêche que l’expérience de plus en plus de suisse abouti à la même conclusion. Les suisses se font bouffer. Et à cause de cela, la paix du travail suisse est en train d’en prendre un sacré coup. Les suisses aiment travailler, et sont capables de sacrifier beaucoup pour leur travail et LEUR entreprise mais à force de les prendre pour des incompétent, il ne faudra pas s’étonner du retour de manivelle.

 

XENOPHOBIE !!!! Quand les pseudos socialo prétendent que les suisses sont des racistes, il faut bien remettre l’église au milieu du village.

Au vu de ce qui se passe, dans la réalité, il n’ya QUE les SUISSES qui ont donné du travail aux étrangers.
Aujourd’hui les immigrés d’ex Yougoslavie ne donnent du travail qu’aux leurs. Ils font venir les leurs avec toutes leur famille à leur donnant à eux du travail (véridique, j’ai encore entendu une personne se vanter l’autre jour qu’entre eux c’est ce qu’ils faisaient. Ils n’avaient qu’à venir en Suisse, les gens ici s’occupaient de leur trouver du travail et un mari…). Les espagnoles de nouvelle génération n’engagent que des espagnoles. Et les français, encore plus nombreux, n’engagent QUE des français.

Ce n’est plus aux Suisses de devoir payer les assurances chômages et sociale pour des patrons et autres managers français qui n’engagent que des français laissant sur le carreau les suisses dans leur propre pays.

*-*-*-*-*-*-*-*

De l’autre côté, les socialistes préoccupés par l’évasion fiscale des pays européens vers la Suisse devraient, pour des raisons morales, être tout autant préoccupé par l’évasion de tous ces gens compétents vers la Suisse, qui en définitive confisque de la main d’œuvre compétentes à des pays qui ont besoin de se relever.

 

Genève est l’exemple parfait des problèmes de la France.

Nombreux français viennent à Genève ouvrir leur entreprise pour au final avoir une clientèle elle-même française qui a fuit le system d’emploi français.

Genève est devenu une mini France pour les français qui veulent entreprendre quelque chose. Car comme le relève très bien François Bayrou, le France est devenue si lourde et les français tellement paranoïaques de l’ « entrepreneur profiteur », qu’il n’est plus possible pour des français d’entreprendre quoi que ce soit.

(Même mon prof d’anglais qui a essayé de donner des cours en France m’a dit avoir abandonné. Pour avoir un statu d’indépendant, c’est juste la croix et la bannière…D’ailleurs il ne comprend pas non plus pourquoi les suisses se laissent autant bouffer… il n’est pas le seul…)

 

Les politiques suisses doivent CESSER de regarder sur les français pour prendre exemple de notre politique d’immigration. Ils peuvent très bien prendre exemple sur la Suède ou le Canada (c’est d’ailleurs triste que la Suisse n’a pas essayé de plus se battre pour maintenir les échanges en médecine avec le Canada. Les étudiant(e)s en médecine canadien nous manquent!!!).

 

Si vous avez loupé:

Ma résolution 2013: Ne plus faire d’effort écologique et social de plus, du tant que…
Euro-compatibilité: Après la criminalité à 7,1%, les salaires à 1500€ ?

Retrouvez DdDnews.ch sur twitter DdD_News
ou Facebook

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*